5e Forum Golfsuisse: les moments forts

image description
Les 4 et 5 mars a eu lieu le 5Forum Golfsuisse au Kursaal de Berne. Voici quelques moments forts de la rencontre des décideurs en matière de golf suisse.

Animé par Rainer Maria Salzgeber, journaliste à la télévision alémanique, le Forum a débuté par une brève interview avec le président de l’ASG, Reto Bieler. Ensuite, c’est Stève Ravussin, marin de l’extrême, qui a apporté son expérience sur les mers du globe sur le thème: planifier l’imprévisible, en l’occurrence dans le domaine du golf. Son conseil: regarder vers l’avant en bloquant la peur. 
 
Les représentants de l’ASGI et de Migros Golfcard ont présenté leurs plans de soutien en faveur du golf suisse. Chacune des deux organisations prévoit d’investir environ un million de francs dans divers projets. Les clubs peuvent soumettre leurs idées aux deux organisations de golf public, afin d’obtenir un financement pour l’un ou l’autre projet. En cas d’approbation de la révision des statuts, un fonds commun pour la promotion du sport sera mis sur pied. 

Le directeur sportif du Lausanne Sport, Pablo Iglesias, a présenté le programme d’encouragement à la relève au sein du football suisse, en soulignant que beaucoup de juniors suisses s’entraînent plutôt trop que pas assez. «C’est la quantité et non la qualité qui compte chez nous», a-t-il résumé. Des discussions intenses entre les participants et participantes se sont poursuivies lors de l’excellent dîner au Kornhauskeller. 

Le deuxième jour du Forum a commencé avec un voyage dans l’«avenir digital». Karin Frick de l’Institut Gottlieb Duttweiler a parlé de l’hyper-individualisme qui peut aujourd’hui mener jusqu’à la solitude. Et pourtant, on sait que l’interaction sociale est même plus importante pour la santé que l’activité physique. Pour la marathonienne passionnée et non golfeuse, les clubs de golf offrent une combinaison idéale entre de belles expériences et une vie sociale. Le restaurant du club joue un rôle central à cet égard. Dans de nombreux clubs, la gastronomie est un «sujet de discussion permanent», a dit Urs Messerli, qui a dirigé le restaurant au Golfclub Blumisberg pendant de longues anneés. Pour résumer, de nombreux membres voudraient «commander une Rolls mais payer une coccinelle». Les besoins des clients sont devenus si divers aujourd’hui qu’il est pratiquement impossible de satisfaire tour le monde, selon Urs Messerli. 
Le manager du Golfclub Lipperswil, Ian Gibbons, a déclaré pour sa part qu’en vingt ans on n’a jamais vu un résultat équilibré dans le restaurant du club. Plus de la moitié des recettes viennent déjà aujourd’hui de non golfeurs, par des banquets par exemple. Au Golfclub Wylihof, 60% des recettes sont désormais générés par des clients externes.  

Kevin Barker, directeur du «développement du golf» au R&A, a présenté entre autres une initiative qui vise à la fois à encourager davantage de femmes à jouer au golf et à se faire élire dans les instances dirigeantes des clubs. Marc Held, représentant l’Office du tourisme des Grisons, a montré la dernière campagne de pub golfique dans son canton, tandis que le directeur du tournoi de Crans-Montana, Yves Mittaz, a présenté les derniers projets de transformation en vue de l’édition jubilé de l’Omega European Masters. En 1939, le Swiss Open a eu lieu pour la première fois en Valais. Entretemps, le tournoi est devenu, après le Masters d’Augusta, le deuxième plus ancien tournoi dans le monde, qui a toujours lieu au même endroit. Au cours des dernières années, quelque seize millions de francs ont été investis rien que dans la transformation du parcours. En ce moment, quatre trous sont en train d’être complètement refaits à neuf et adaptés. 
 
Les présentations sont disponible aux participants en envoyant un mail à info@asg.ch